Se lancer comme… Moniteur d’auto-école

auto-ecole

Vous avez un vrai talent de pédagogue, aimez transmettre votre savoir et n’avez rien contre un petit tour en voiture ? Et si vous vous lanciez comme moniteur d’auto-école ? En 2014, le marché a été évalué à 1 925 millions d’euros soit 1 % d’augmentation par rapport à 2013. Le secteur est essentiellement constitué d’entreprises de moins de 10 salariés. Horizon Entrepreneurs vous dit tout sur la gestion d’une école de conduite.

Le métier

Les écoles de conduite forment à l’obtention du permis de conduire, selon des règles strictes. Cette formation – obligatoire – se compose :

– d’une partie théorique qui concerne l’apprentissage du Code de la route ;

– d’une partie pratique aux différentes catégories de permis (A, B, poids lourds), constituée par des leçons de conduite.

Pour obtenir le permis B, un élève doit suivre un minimum légal de 20 heures de conduite.

On peut aussi y suivre des stages de perfectionnement à la conduite, des stages de récupération des points, y louer ou acheter des livrets ou des CD-Rom avec les questions théoriques ou encore les autocollants obligatoires (le A des jeunes conducteurs)…

Le marché de l’auto-école

En 2014, le marché a été évalué à 1 925 millions d’euros.

On comptabilisait 10 337 auto-écoles en France en 2014, dont 96 % de moins de 10 salariés et essentiellement dirigées par des hommes d’une quarantaine d’années.

Ce secteur est soumis à une vive concurrence entre ses différents acteurs au niveau local.

 

A noter : le marché suit une conjoncture incertaine et est soumis à plusieurs facteurs qui l’impactent :

– le choix des modes de déplacement (augmentation de la part des vélos et des transports en commun) ;

– l’évolution de la législation concernant la sécurité routière et la réforme du permis de conduire par exemple ;

– les innovations centrées sur la réglementation* ;

– une certaine saisonnalité : les inscriptions augmentent après les périodes d’examens, la clientèle étant essentiellement constituée de jeunes autour de 18 ans.

 

* Depuis novembre 2015, la loi Macron a une incidence sur la profession : elle autorise en effet les agents publics formés (postiers, par exemple) à faire passer l’examen du permis pour réduire les délais d’attente dans certaines zones.

 Comment faire pour ouvrir son auto-école ?

Pour créer son école de conduite, il faut obtenir un agrément préfectoral (durée de cinq ans) comportant des conditions d’âge (23 ans minimum), des capacités de gestion et des garanties minimales concernant les locaux, les véhicules et les moyens matériels.

Les chiffres et les coûts

En 2013, la recette moyenne d’une auto-école de moins de trois personnes a été évaluée à 135 K€ environ.

Les frais sont essentiellement constitués par les charges de personnel et la gestion du parc de voitures (souvent des locations d’une durée de deux ans). L’investissement annuel moyen est évalué à 3,4 % du chiffre d’affaires.
La plupart des auto-écoles proposent des forfaits à leurs clients, mais les tarifs sont libres. Le coût moyen du forfait standard (formation au code, conduite, ainsi que présentation aux deux examens) de 20 heures s’élèverait à 1 067 € (enquête Consommation, logement et cadre de vie, 1er semestre 2013).

 

Pour en savoir plus :

– un organisme professionnel principal : le CNPA (Conseil National des Professions Automobiles) ;

– une revue professionnelle de référence : La Tribune des Auto-écoles ;

– un salon de référence : Le Mondial de l’automobile.

Retrouvez également nos autres articles :

– Se lancer comme… Gardien

Se lancer comme… Fabricant de parfums

Se lancer comme… Electricien

Se lancer comme… Gérant de camping

Se lancer comme… Notaire

 

Vos réactions
Réagir