Entrepreneur(e)s : faites-vous accompagner !

SALON MICRO 2014-030

Entreprendre c’est bien, entreprendre accompagné c’est mieux ! Tel était le message de la conférence « Entrepreneures, vous avez tout pour réussir », qui s’est tenue le 1er octobre dernier lors de la Journée Nationale des Femmes Entrepreneures organisée dans le cadre du Salon des micro-entreprises 2014. Autour de témoignages de créatrices et d’experts, zoom sur quatre réseaux d’accompagnement à la création : BGE, France Active, Initiative France et Fédération Pionnières.

Selon Christian Sautter, Président du réseau France Active, entreprendre accompagné c’est accroître ses chances de réussite. « Près de 80 % des porteurs de projet qui se font accompagner ont pérennisé leur entreprise trois ans après la création, versus 50 % environ quand ils ne sont pas accompagnés. Malheureusement, seulement 1/3 des entrepreneur(e)s font appel à un réseau d’aide à la création. Une proportion trop faible que nous souhaiterions élever à 1 créateur sur 2. » Un constat partagé par Frédérique Clavel, Présidente de Fédération Pionnières, réseau d’accompagnement à destination des femmes, qui en analyse ainsi les raisons : « Chez Fédération Pionnières, la créatrice peut s’appuyer sur notre tissu d’experts pour construire, consolider et valider son projet. Comment monter mon business plan ? Comment élaborer mon compte d’exploitation ? Comment estimer mon besoin en financement ? Ou encore, comment convaincre des partenaires de me suivre ?  Autant de questions auxquelles la créatrice accompagnée est en mesure d’apporter une réponse claire. »

Conseils et partage d’expertises

Telle est en effet la vocation des réseaux de création : accompagner l’entrepreneur en devenir en mettant à sa disposition toute son expertise, comme en témoigne Sophie Jalabert, Déléguée Générale de BGE, réseau national d’appui aux entrepreneurs : « Notre rôle est d’empêcher les créateurs de se lancer dans de mauvaises conditions. Pour ce faire, nous travaillons avec eux leur stratégie commerciale. Nous les aidons également à déterminer le juste montant du financement à mobiliser, et à choisir les bons partenaires financiers en adéquation avec leur projet et le niveau d’endettement maximal à respecter. »

Un soutien qui a été très utile à Geneviève Saint-Léger, co-fondatrice du traiteur solidaire « Les délices d’Alice » : « Après avoir réalisé seule l’étude de faisabilité, j’ai fait appel à France Active pour valider la pertinence de mon projet. Le regard et les conseils bienveillants de ce réseau m’ont été très précieux et m’ont encouragée à persévérer même dans les moments de doute. »

L’accompagnement, un levier face aux banques

Outre les conseils dont il bénéficie, le porteur de projet accompagné jouit d’un avantage certain vis-à-vis des banques. « En tant qu’investisseurs, nous sommes sensibles au fait que le créateur ait été ou non accompagné. C’est un élément important dans notre prise de décision car il traduit la cohérence financière du projet », explique Florent Lamoureux, Directeur du Marché des Professionnels de la Caisse d’Epargne. Et Christian Sautter d’ajouter : « Les chiffres précités parlent d’eux-mêmes : un projet soutenu par un réseau d’accompagnement a plus de chance d’aboutir. De plus, si le réseau accepte de financer ou garantir une partie du projet, c’est qu’il croit en sa réussite. Cette confiance est un atout supplémentaire vis-à-vis des banques. »

Fabiola Monteverde, créatrice du Pressing Mont-Vert témoigne : « J’aurais été capable de monter mon business plan, mais trouver des financements aurait été une mission très compliquée sans l’accompagnement de France Active. Leur soutien a été un argument très apprécié de mon banquier ! »

Quel réseau pour quel(s) besoin(s) ?

France Active est spécialisé dans l’accompagnement d’activités professionnelles créées ou développées par des personnes en situation économique précaire. Sa mission : lutter pour la réinsertion en proposant notamment de financer des apports en fonds propres via le Fonds Commun de Placement Insertion Emploi et des garanties d’emprunt. Le réseau intervient également dans l’aide à la création et le suivi.
Pour en savoir plus, cliquez ici.

Initiative France soutient tous les créateurs, une fois le projet de création finalisé. Son champ d’actions va du financement (sous la forme de prêt d’honneur, sans intérêt ni caution) à l’aide à la création avec la désignation d’un parrain. « Le rôle du parrain est primordial, affirme Blandine Bierre, chef de pôle chez Initiative France. Il suivra le porteur de projet les trois premières années de son activité, le conseillera, partagera avec lui ses expériences professionnelles et, surtout, il l’introduira au sein de ses réseaux commerciaux, financiers et corporatifs. » Enfin, dernière mission du réseau : le suivi post-création avec un conseiller de la plate-forme d’Initiative France, qui a pour mission d’aider l’entrepreneur à définir ses orientations stratégiques et à mener à bien l’ensemble de ses démarches administratives.
Pour en savoir plus, cliquez ici.

Bon à savoir : France Active et Initiative France peuvent mobiliser des prêts d’honneur et garantir des prêts pour les femmes entrepreneures avec le FGIF (lire encadré). Ces deux réseaux peuvent également instruire les prêts NACRE à destination des demandeurs d’emploi et des bénéficiaires de minima sociaux.

BGE est un réseau d’associations au service des porteurs d’initiatives. Son objectif ? Créer des richesses dans les territoires. Présent à toutes les étapes de la création, de l’émergence au développement de l’entreprise en passant par le financement, BGE s’adresse à tous : demandeurs d’emploi, salariés, jeunes, étudiants, retraités… Pour aider les créateurs à se lancer, le réseau mobilise les ressources nécessaires pour assurer conseil et formation (financements publics, financements privés, fondations, etc.).
Pour en savoir plus, cliquez ici.

Fédération Pionnières est le premier réseau d’incubateurs spécifiquement dédié aux femmes qui veulent créer une entreprise innovante, que ce soit technologiquement, socialement, etc. « Beaucoup de femmes sortent de leurs études très diplômées, mais peu d’entre elles s’orientent ensuite vers la création d’entreprise et encore moins vers l’innovation. Telle est l’ambition de notre réseau : prendre en compte très concrètement les spécificités de l’entrepreneuriat féminin en proposant aux créatrices l’animation, l’accompagnement et les aides nécessaires pour développer leurs projets innovants », détaille Frédérique Clavel.
Pour en savoir plus, cliquez ici.

Zoom sur le FGIF

Créé en 1989, le Fonds de garantie à l’initiative des femmes a pour vocation d’aider celles qui souhaitent créer, reprendre ou développer une entreprise – quel que soit le secteur d’activité ou le statut envisagé – en favorisant leur accès à un prêt bancaire. Destinés à financer des besoins en fonds de roulement ou des investissements (hors crédit-bail), les prêts garantis par le FGIF sont inscrits dans le plan de financement de démarrage (création ou reprise) ou de développement de l’entreprise.
Dans le détail, ce fonds intervient sur des prêts de 5 000 € minimum (pas de montant maximal) dont la durée doit être comprise entre 2 et 7 ans. A noter que jusqu’à 38 112 € de prêt, l’intervention maximale du FGIF est de 70 % (au-delà de ce montant, la garantie maximale est limitée à 27 000€).
Pour plus de renseignements sur les modalités et les conditions d’attribution, cliquez ici.

A lire également :

Le rôle clé de l’accompagnement publié dans le cadre du 3e baromètre Caisse d’Epargne sur les femmes entrepreneures, qui met l’accent sur l’accompagnement des créatrices (lire la synthèse).

Entreprendre au féminin : financement, la clé du succès

 

Crédits photo : Jean Chiscano

Vos réactions
Réagir