Reprendre une entreprise

Au moment de reprendre une entreprise, ou même de sélectionner un portefeuille de sociétés en vue d’une prospection, il est nécessaire de s’informer sur leur santé financière. Dans cet objectif, vous pouvez accéder gratuitement aux données clés de plus de huit millions d’entreprises et deux millions de dirigeants (bilans gratuits, rapports annuels, scores de solvabilité… ) en vous inscrivant sur le site.

Bien évaluer l’entreprise

Vous envisagez de reprendre une entreprise ? Avant de signer, il faut se poser les bonnes questions et bien évaluer l’entreprise en question. Le but de cette démarche est d’évaluer le potentiel de l’entreprise en question. À quoi faire attention ?

S’assurer que l’entreprise a une clientèle établie

Si oui, tant mieux ; mais pouvez-vous conserver cette clientèle ? Qu’est-ce qui la fait se déplacer ? Le service, le fonds de commerce, le stock, l’accueil, la notoriété ?, etc.
Si non, pouvez-vous faire venir cette clientèle ? En d’autres termes, qu’est-ce qui explique que l’actuel propriétaire n’y arrive pas, lui ? Pourquoi arrête-t-il son activité ?

Faire le point sur ce que l’entreprise a à vous offrir

Vous devez  faire un audit des atouts et du potentiel de cette entreprise.

  • Comment fonctionne-t-elle d’un point de vue RH ? Y a-t-il du turnover ? Des conflits ? Garderez-vous tous les salariés ? Devrez-vous embaucher ? A quel salaire ?, etc.
  • De quels outils, de quel matériel dispose-t-elle ? Quel est l’état du stock s’il s’agit d’un commerce par exemple ? Devrez-vous investir dans du nouveau matériel ? Changer le stock ?
  • L’entreprise peut-elle évoluer ? Quelle impulsion allez-vous lui donner ? Quels projets pouvez-vous développer sur ces bases existantes ?

Diagnostiquer le territoire et la concurrence

Quels seront vos concurrents si vous achetez cette entreprise ? Quelle place vous laissent-ils ? Où se situent-ils géographiquement ? Qu’est-ce qui va vous différencier d’eux ?

Faites également le point sur la localisation de l’entreprise.  Si l’entreprise est mal placée, quel que soit votre talent, vous risquez d’échouer. La connaissance et la maîtrise du territoire sont essentielles. Renseignez-vous auprès de votre mairie : y a-t-il des travaux d’urbanisme à venir ? Vont-ils vous aider ou vous porter préjudice ? Les entreprises situées dans cette rue/zone géographique se portent-elles bien ? Quel est le turnover des commerces dans cette zone (la CCI peut vous renseigner), etc.

Examiner TOUS les documents contractuels de l’entreprise

Les bilans comptables d’abord. Quelles sont les créances ? Les dettes ?  Vérifiez les comptes de résultat, etc.

Faites également le point sur le bail commercial et l’ensemble des documents contractuels de l’entreprise : les contrats de travail, les contrats de location de matériel, y compris les véhicules en location longue durée, etc.

Auditer la qualité et l’environnement

Êtes-vous aux normes du point de vue de la qualité ? Des travaux et des aménagements sont-ils à prévoir ? Comment se passe le traitement des déchets, etc.

Pour cette démarche de diagnostic et d’évaluation, octroyez-vous le soutien d’un spécialiste, expert-comptable ou avocat pour être sûr de ne pas passer à coté d’une information primordiale.

Prise de risque

La prise de risque est moins importante que lors d’une création pure, car la reprise d’une structure existante permet d’en connaître au préalable tous les éléments : clientèle, locaux, matériels, agencements, personnel… La reprise peut prendre plusieurs formes : reprise d’un fonds de commerce ou artisanal, via une phase de location gérance avec promesse de vente, ou par rachat de titres…

L’opération de reprise se concrétise par la signature d’un protocole d’accord devant comporter plusieurs clauses. En cas de rachat de titres, il convient d’être tout particulièrement vigilant quant à la clause de garantie d’actif et de passif qui assure de l’authenticité des éléments comptables ayant conduit à la valorisation de l’opération.

En cas de cession

Les droits de mutation à titre onéreux de fonds de commerce sont de 3 % pour la fraction de la valeur comprise entre 23 000 et 200 000 € (5 % pour la fraction excédant 200 000 € ; 0 % pour celle inférieure à 23 000 €). Un taux identique s’applique en principe aux cessions de parts de SARL soit 3 % de la valeur des parts sociales, diminué d’un abattement de 23 000 € à répartir sur l’ensemble des parts sociales.

Si l’entreprise est cédée aux salariés ou aux proches de l’entrepreneur, sous réserve du respect de certaines conditions, les droits de mutation sont calculés après application d’un abattement de 300 000 € sur la valeur du fonds ou de la clientèle cédée ou, s’il s’agit de parts de SARL, sur la fraction de la valeur de ces titres représentative du fonds ou de la clientèle.

Racheter un fonds de commerce

Quels sont les éléments inclus dans le rachat ?

Vous allez racheter des biens corporels et incorporels liés au commerce en question.  Attention, sauf cas particulier, vous ne reprenez pas les dettes et créances de votre prédécesseur !

Plusieurs possibilités s’offrent à vous, vous pouvez racheter un fonds de commerce ou uniquement des parts de celui-ci.

Les éléments à prendre en compte, sont les suivants :

  • la clientèle, les marchés en cours, le nom commercial et l’enseigne, le droit au bail/le pas de porte, les brevets, marques, licences ou autorisations administratives, etc.
  • les matériels et outillages, les véhicules, le mobilier et les agencements.

Vous pouvez choisir d’acheter tout ou une partie de ces éléments, qui feront l’objet d’une négociation entre vous et le cédant. Mais vous achetez obligatoirement la clientèle…
À noter : le stock des marchandises est la propriété du commerçant, il ne fait pas partie des biens associés au fonds de commerce ; il n’entrera en compte qu’en tant qu’acte de vente en tant que tel entre les deux parties.

– Pour les professions libérales, il n’y a pas de cession de fonds de commerce mais d’un « droit de présentation de clientèle ». Le coût et la valeur de la clientèle dépendra du secteur d’activité, de la demande, etc. Prenez en compte le risque de perte de clientèle : l’intuitu personae, à savoir le lient fort entre la profession libérale/le professionnel et le client/patient, est un facteur clé.

Liens de bourses de cession-transmission

  • www.reprise-entreprise.oseo.fr est un site destiné aux repreneurs. Il comprend près de 40 000 annonces classées par région et type d’activités. Possibilité de créer une alerte sur le site.
  • www.bnoa.net est le site du réseau des Chambres de métiers et de l’artisanat entièrement dédié à la transmission des entreprises artisanales. Près de 6 000 annonces triées par régions et secteurs d’activités.
  • www.transcommerce.com contient près de 10 000 offres classées par Région, secteur d’activité, prix et mots-clés.
Vos réactions

ELIOT

Bonjour,
je souhaite savoir si, dans le cas d’une liquidation d’entreprise, les salariés peuvent reprendre cette entreprise (la leur) en la finançant partiellement à l’aide de leurs primes de licenciement.
Merci d’avance de votre réponse,
Cordialement

pierre

Bonjour,

remarque pour didier ou d’autres dans son cas, je viens de lancer ce site de petites annonces de cession d’entreprises basées en bretagne issues uniquement des secteurs d’activité du BTP, industrie et des services.
Ce site est peut être un début de réponse.

A bientôt.

Didier ROUX

Bjr, je suis en recherche très active d’une PME à reprendre sur régions Ouest et Sud-Ouest (dpts 56,44,49,85,16,17,33,47,40). Avec quels services locaux de la banque puis-je être mis en relation pour savoir si parmi votre clientèle professionnelle des PME seraient éventuellement à reprendre ?
Merci par avance de votre retour.
Cordialement
Didier, à la recherche d’une PME à reprendre dans l’ouest ou le sud-ouest de la France.
Retrouvez-moi sur :
facebook : https://www.facebook.com/acheter.notre.entreprise
LinkedIn : http://fr.linkedin.com/in/didroux/
Viadéo : http://fr.viadeo.com/fr/profile/didier.roux10

boiselle claude

J’ai un projet de reprise d’entreprise secteur service, sav maintenance lié avec une partie en relation avec le développement durable. Par contre j’ai un contentieux  » La Ruche Nature Bio » avec votre banque. Je pense que nous pourrions faire d’une pierre deux coup; éponger une partie de la dette, étant donné que la sté de cautionnement vous a réglé la moitié du pret,et repartir sur un pret ou éventuellement vous seriez deux banques à prendre un minimum de risque. Je pense qu’un entretien serai de rigueur afin de sortir de façon honorableet sans perdant.

Tél: 06 80 87 26 02

Mr Boiselle Claude

Julie B

Bonjour,

L’équipe Horizon Entrepreneurs a bien pris en compte votre situation et va vous apporter une réponse en privée.

Bonne journée.

Réagir