Augmenter sa retraite avec la loi Madelin : cas pratique

Les économies d’impôts permettent d’augmenter sensiblement les revenus, démonstration par Alain Gerbaulet, en charge de l’animation de la gestion privée pour le réseau des Caisses d’Epargne.

Voyons la situation d’Antoine, 50 ans, médecin généraliste, qui compte s’arrêter de travailler à 65 ans mais n’a pas encore vraiment préparé sa retraite. Il décide donc de souscrire un contrat Madelin, contrat de retraite par capitalisation réservé aux travailleurs non salariés, à hauteur de 1 000 euros par mois, sur un support sans risque.

Il prendra la précaution d’augmenter régulièrement ses versements pour tenir compte de l’inflation. Ainsi, sur la base d’une indexation de 3,10 %, les 1 000 euros seront devenus 2 000 euros au terme du contrat. Ils lui procureront à cette date une rente viagère indexée d’également 2 000 euros (hypothèse de rendement du contrat sur la durée : 3,5% net par an).

En procédant ainsi, il s’est bâti un complément de revenu à vie et, dans l’immédiat, il réduit son bénéfice annuel de 12 000 euros.
Comme il se situe dans la dernière tranche à 40 % et qu’il doit aussi s’acquitter de prélèvements sociaux, arrondis ici à 10 %, sa cotisation au contrat Madelin lui fait économiser au total 6 000 euros par an d’impôt sur le revenu et de contributions sociales.

Il dispose donc d’une épargne supplémentaire qui correspond ici à 500 euros additionnels par mois. Le contrat Madelin permettra à la femme d’André de toucher 60 % ou 100 % de la rente s’il décède, selon l’option choisie.

Voir sur le même sujet : Quand les économies d’impôts favorisent vos projets

Pour profitez des avantages de la loi Madelin pour la santé et la prévoyance

Vos réactions
Réagir