Financer son projet de franchise

julien-vitali2

Chaque année, les entrepreneurs sont de plus en plus nombreux à se lancer en franchise : ils étaient entre 2 000 et 3 000 en 2015. En effet, la franchise offre un modèle moins risqué que la création d’une entreprise ex nihilo puisque le franchisé applique un modèle qui a déjà fait ses preuves et bénéficie de l’appui, de l’expérience et des outils de son réseau. La franchise reste cependant une création d’entreprise et, à ce titre, nécessite un financement. A l’occasion du salon Franchise Expo Paris 2016, Julien Vitali, responsable du pôle franchise et commerce associé à la Caisse d’Epargne, a fait le point sur les particularités du financement bancaire de la franchise.

Votre banquier et la franchise

Le prêt bancaire est souvent au cœur du financement du projet de franchise. Il peut aller de quelques milliers à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Si les réseaux proposent parfois des contacts de banquiers, vous êtes entièrement libre de choisir celui qui vous accompagnera dans cette aventure. Il est conseillé d’aller voir votre banquier dès que votre business plan est bouclé. Sachez qu’il a souvent à sa disposition des informations sur les réseaux de franchise. « Lorsque nous avons un partenariat avec une enseigne nous avons à notre disposition un dossier très complet qui nous permet de nous assurer de la solidité de l’enseigne choisie par le futur franchisé », explique Julien Vitali.

Votre banquier et vous : les erreurs à ne pas commettre #1

Quels documents présenter à votre banquier ?

L’enseigne que vous avez choisie doit vous fournir le document d’information précontractuel (DIP) au moins 20 jours avant la date de signature du contrat. Il comprend la présentation du franchiseur, du réseau, du marché mais aussi les résultats de l’entreprise ainsi que les clauses du contrat. Ce document vous sera demandé par le banquier. « Mais attention, prévient Julien Vitali, il faut avoir un regard critique sur le dossier fourni par la tête de réseau et ne pas se contenter des éléments fournis. Le DIP ne dispense pas, par exemple, d’une étude de marché. » Comme tous les entrepreneurs, le futur franchisé doit également présenter un business plan complet.

Entrepreneur : comment réaliser votre business plan ? – Revue du web #121

Quel apport personnel en franchise ?

Dans le plan de financement d’un projet, l’apport personnel traduit votre investissement dans votre affaire. Si le montant de cet apport personnel dépend de votre secteur d’activité, il tourne autour de 50 % dans le domaine des services et de 30 % dans celui du négoce. Les prêts d’honneur peuvent venir compléter cette somme si besoin. Ces prêts à taux 0 sont attribués par des réseaux d’accompagnement (Initiative France, France Active, Réseau Entreprendre et BGE). « Nous savons que l’accompagnement est un facteur de réussite pour les créations d’entreprise, affirme Julien Vitali. Un prêt d’honneur est signe d’un accompagnement de qualité et donc d’un dossier plus solide. »

 

Vos réactions
Réagir