Réseaux d’accompagnement : lequel choisir, et à quel moment ?

iStock_000005217733_Medium-tailleblog

Etre accompagné dès le début de la démarche de création d’entreprise augmente les chances de réussite des aspirants entrepreneurs : 77 % des entreprises ayant bénéficié de l’aide d’un ou plusieurs réseaux sont toujours en activité après trois ans d’exercice, contre 66 % pour celles qui n’y ont pas eu recours. Toutefois, seulement un tiers des porteurs de projet fait effectivement appel à un réseau. Selon leur spécificité, ces acteurs entrent en jeu de manière différente. Tour d’horizon de réseaux présents sur tout le territoire.

A L’AMORCE DU PROJET

BGE

Créé en 1979, ce réseau accompagne gratuitement tous les publics, quel que soit l’état d’avancement du projet. « Il intervient particulièrement dès l’émergence de l’idée, jusqu’au montage du projet », indique Sophie Jalabert, Déléguée Générale de BGE. Une « école de l’entreprenariat » qui permet d’apprendre à décrire et défendre son projet, et à simuler le quotidien d’un chef d’entreprise par le biais de logiciels dédiés. En 2014, 52 000 individus ont sollicité BGE, et 17 000 d’entre eux ont réellement lancé leur activité.

Réseau Entreprendre

Fondé en 1986, ce réseau a pour ambition de contribuer à la réussite de projets porteurs d’emploi ou prévoyant des embauches, en ciblant des TPE à fort potentiel, rapidement amenées à devenir des PME. Il a épaulé 7 600 entrepreneurs dont 35 % de repreneurs depuis sa création. « Des chefs d’entreprise encadrent bénévolement les porteurs de projet, suivis pendant 2 à 3 ans », expose Frédérique Jeske, Directrice Générale de Réseau Entreprendre. Ces derniers peuvent aussi bénéficier d’un prêt d’honneur de 15 à 50 K€, et jusqu’à 90 K€ pour les projets innovants.

UNE FOIS LE PROJET DEFINI

France Active

L’association intervient quand le projet a été déjà débroussaillé et défini en amont. Son rôle est de faciliter l’accès au crédit bancaire par l’octroi d’une garantie, élément central du financement. « Le crédit choisi peut ainsi être garanti jusqu’à 65 % », précise Denis Dementhon, Directeur Général de France Active. Puisqu’elle travaille en relation avec les banques, France Active génère un effet de label auprès d’elles. Le réseau gère en outre le FGIF, fonds dédié aux femmes créatrices qui garantit les prêts jusqu’à 45 K€, et NACRE, prêt à taux zéro pour les demandeurs d’emploi et les bénéficiaires des minima sociaux.

Initiative France

Ce réseau lancé il y a 30 ans a accompagné près de 200 000 entreprises depuis sa création, via 228 plateformes en France, s’appuyant sur un tissu associatif de 15 000 bénévoles. Initiative France apporte aux entrepreneurs un prêt d’honneur à 0 %, sans garantie personnelle, qui s’élève en moyenne à 8 500 euros. Pour voir son projet élu, il convient d’avoir déjà monté son business plan et de le présenter à un comité d’agrément. Remplaçant ou complétant l’apport personnel, 16 500 prêts sont ainsi accordés chaque année. « Un déclic qui peut permettre ensuite de lever 10 fois plus auprès d’une banque », avance Bernadette Sozet, Déléguée Générale du réseau. Un suivi post-création est également proposé, via un parrainage. 

 

Les réseaux au féminin

Les Pionnières

L’association créée il y a 10 ans développe et anime un réseau de 20 incubateurs et pépinières au service de créatrices d’entreprises innovantes à potentiel d’emplois, et leur propose un accompagnement dédié. 

Force Femmes

Par le biais d’entretiens, d’ateliers et de groupes de coaching, ce réseau épaule les femmes au chômage âgées de plus de 45 ans dans leur démarche entrepreneuriale.

Action’elles

Ce réseau amical et professionnel de femmes chefs d’entreprises permet de rompre leur isolement : partage d’expériences, mise en commun de moyens et collaboration avec des partenaires sont au programme.

Vos réactions

COHADON-BRIEFF

Vous devriez ajouter les « Couveuses d’Entrepreneurs » qui accompagnent et permettent de tester son activité en grandeur réelle.
A Bordeaux la Couveuse ANABASE

Réagir