Entrepreneurs : échangez à l’international – Revue du web #107

iStock_000032920990_Large

Si l’export fait peur, développer son entreprise à l’international ou confronter son expérience à celle d’entrepreneurs étrangers peut être le plus sûr moyen de conquérir de nouveaux marchés avec succès. Erasmus, Ubifrance, V.I.E, portage salarial, de nombreuses solutions existent pour répondre à vos problématiques entrepreneuriales à l’international. La Revue du web vous a concocté une sélection sur-mesure d’articles et de liens qui vous feront voir l’avenir de votre entreprise à grande échelle !

Erasmus for young Entrepreneurs

Vous pensiez en avoir fini avec Eramus ? Détrompez-vous, le programme européen d’échanges « Erasmus for young Entrepreneurs » s’adresse aussi, comme son nom l’indique, aux entrepreneurs ! Le but de ce programme est bien de favoriser l’échange de connaissances ou de nouvelles idées et de vous aider à chercher de nouveaux marchés. En résumé, l’injonction de passer les frontières pour bénéficier de l’expérience d’un créateur expérimenté à l’étranger (pour les entrepreneurs en projet de création ou dont l’entreprise à moins de 3 ans). Ou, si vous êtes vous-même, d’ores et déjà, un entrepreneur expérimenté (franchisés et professions libérales compris), l’accueil et le parrainage d’un jeune entrepreneur Erasmus ne pourra que dynamiser votre entreprise et lui apporter un nouveau souffle. Notez que le programme est en partie financé par l’UE, et que le séjour peut durer entre 1 et 6 mois, avec la possibilité de le fracturer en séjours d’une semaine sur 12 mois maximum. Pour en savoir plus, lisez les témoignages « Success Stories » des entrepreneurs qui ont tenté l’aventure.

Ubifrance

L’organisme Ubifrance a pour vocation d’accompagner le développement de votre entreprise à l’export. Que vous en soyez aux balbutiements de vos projets d’export ou que vous cherchiez à renforcer votre présence à l’international, les équipes d’Ubifrance proposent une très large gamme de services et ce pour presque tous les secteurs.

Vous pouvez également, par ce biais, envoyer ou recruter un jeune volontaire en V.I.E., volontariat international en entreprise, pour, par exemple, soutenir un projet spécifique ou une mission temporaire (6 à 24 mois).

Vivre à l’étranger

Pour bien préparer votre départ, voici le site diplomatie.gouv.fr qui vous permet de faire le point sur toutes les informations pratiques et les démarches à entreprendre pour partir serein.

Le portage salarial à l’international : alternative au statut auto-entrepreneur

Si vous êtes auto-entrepreneur et que vous souhaitez vous charger de missions ou contrats à l’étranger, vous pouvez bénéficier du portage salarial à l’international. Comme dans le cadre du portage « classique », c’est l’entreprise de portage (ici « à l’international ») qui se charge de la gestion administrative de votre dossier. Ces revenus s’ajoutent à vos revenus en tant qu’auto-entrepreneur et ne sont pas comptabilisés dans le plafond du régime.

TPE/PME : cap e-xport !

Vous ne souhaitez ou ne pouvez pas prospecter de nouveaux marchés ou faire un expérience à l’étranger ? N’affirmez pas pour autant que votre TPE ne peut toucher que le marché français avant d’avoir vu la conférence Cap e-xport. Elle rassemblait, le 14 avril dernier, experts, professionnels et chefs d’entreprises à Bercy pour échanger autour de l’e-commerce, pour « débuter ou doper ses ventes à l’international que l’on soit une TPE, une PME ou une entreprise de plus grande taille ».

Enfin, sous l’égide du ministère du Commerce extérieur , tous les acteurs liés au développement à l’international se sont regroupés autour d’un portail baptisé France International, vous y trouverez une mine d’informations pour développer votre entreprise à l’étranger.

 

Deux salons pour préparer votre projet international

Le Forum Expat (organisé pas le groupe Le Monde, dernière édition le 3 juin 2014), qui rassemble des experts institutionnels pour vous aider, notamment, à gérer la mobilité internationale de vos salariés par exemple.
– S’expatrier mode d’emploi, prévu le 27 mars 2015 (6ème édition) et qui rassemble également les organismes et acteurs de l’expatriation.

Vos réactions
Réagir