Se lancer comme… Ophtalmologue

Quel diplôme ?

La profession d’ophtalmologue est soumise à des conditions de nationalité et d’obtention du diplôme d’État de docteur en médecine spécialisée et à l’inscription au Tableau de l’Ordre National des Médecins.

Quelles démarches ?

Dans le mois qui suit son installation, le praticien doit s’enregistrer au répertoire Adeli (Automatisation des listes) à la Préfecture de la région d’implantation du cabinet. Il doit fournir l’original de son diplôme, une pièce d’identité et un formulaire d’inscription CERFA. Un numéro Adeli est ainsi attribué à tous les praticiens salariés ou libéraux et leur sert de numéro de référence. L’ophtalmologue doit également se déclarer auprès de la Caisse d’Assurance Maladie et de l’Urssaf.

Quel statut ?

En 2013, 38 % des ophtalmologues libéraux exerçaient en cabinet individuel. L’ophtalmologue peut toutefois s’associer à des orthoptistes pour partager les frais d’installation. Il peut ainsi choisir le statut de SELARL. Avec deux associés au minimum, pratiquant la même discipline, l’ophtalmologue pourra ainsi exercer en libéral sous forme de société et bénéficier de plus de souplesse et de marges de manœuvre en termes d’imposition et de paiement des cotisations sociales.

Quel équipement ?

Tout d’abord, l’ophtalmologue doit penser à son matériel. En effet, l’exercice de l’ophtalmologie nécessite de nombreux appareils de pointe, qui requièrent un renouvellement fréquent. Parmi eux, l’on peut citer un fauteuil ophtalmique, un ophtalmomètre, une lampe à fente, un frontofocomètre, un autoréfractomètre, un projecteur de tests et un ophtalmoscope. Cet équipement peut être complété par des appareils plus sophistiqués et coûteux comme une unité de réfraction, un réfracteur automatique, ou un échographe. Autant d’instruments spécifiques et coûteux qui représentent un investissement important. Ainsi, l’achat du matériel de base s’élève en moyenne à 700 k€, hors équipement chirurgical. Toutefois, le recours au leasing se développe, facilitant l’installation des praticiens.

Quels revenus ?

Le tarif de la consultation s’élève en moyenne à 33 euros en accès direct autorisé. Selon l’Unasa (Union nationale des associations agréées), le montant net des recettes d’un cabinet d’ophtalmologie s’établit en moyenne à 284 k€, pour un bénéfice moyen de 139 k€ (chiffres 2012).

Vos réactions
Réagir