La franchise, modèle économique en plein développement

Le colloque Indicateur de la Franchise – Caisse d’Epargne 2013 a été l’opportunité de dresser un état des lieux sur le modèle de la franchise. Une réunion sur le double thème de la confiance et de l’optimisme.

Confiance et optimisme : pourquoi ces sujets ? D’entrée de jeu, Florent Lamoureux (directeur du marché des Professionnels à la Caisse d’Epargne) a expliqué les raisons de ce choix : à la fois pour contrer le pessimisme ambiant (et le sentiment de réussite, précisément, est très élevé chez les franchisés : 62 %) et parce que la confiance doit être au cœur de la relation franchisé-franchiseur. Un double thème commenté tout au long du colloque par des micro-trottoirs (à visionner ci-dessous) réalisés auprès d’entrepreneurs et de candidats à la franchise : tous confirment que l’optimisme et la confiance sont essentiels pour entreprendre dans ce domaine. Président de la Fédération française de la franchise, René Prévost en a profité pour souligner la tendance haussière du marché de la franchise, avec notamment des investissements en croissance dans les domaines clés : R&D, relooking points de vente, communication, management et formation des franchisés. Parmi les franchiseurs amenés à s’exprimer, Stanislas Koch (Citron Vert, chaîne d’instituts de beauté) a renchéri à l’adresse des futurs franchisés : « On ne crée pas son entreprise sans une bonne dose d’optimisme ; cela fait d’ailleurs partie de nos critères de sélection des candidats Citron Vert ! ». En un clin d’œil, Jean-Claude Puerto-Salavert, fondateur de l’enseigne Ucar (location de véhicules), a souligné de son côté qu’il « ne faut pas être particulièrement réaliste pour se lancer dans la création d’entreprise » !

La confiance : encore plus en temps de crise

Sur le thème de la confiance, Philippe Labbé, président de Courtepaille, a rappelé que « c’est dans les moments difficiles que la confiance prend toute sa dimension » et ce, dans un contexte difficile sur le plan de la fiscalité et du pouvoir d’achat… Mais aussi que « la crise nous oblige à être plus créatifs, plus innovants, et à imaginer d’autres choses » : travail sur le décor, les produits, les outils de management, etc. Parmi ces outils, Antoine Barreau, directeur général de Del Arte, a évoqué certaines « solutions de gestion susceptibles d’optimiser le modèle économique » : les structures d’achat bien sûr, mais aussi, par exemple, l’analyse de la consommation énergétique des restaurants. Après la nomination des lauréats 2013 du Prix L’Indicateur de la Franchise – Caisse d’Epargne (Amorino, La Mie Câline, Citron Vert), Cédric Mignon, directeur du développement des Caisses d’Epargne, a notamment mis l’accent sur deux points :

  • la relative faiblesse du taux de satisfaction des franchisés installés sur le thème de la communication dans les réseaux de franchise (« seulement » 59 % de taux de satisfaction), un levier à mieux exploiter,
  • et l’importance de la franchise pour la Caisse d’Epargne, par ailleurs banque de référence sur le marché des Professionnels : 300 000 clients Professionnels (artisans, commerçants, TPE, professions libérales…) depuis août 2013.
Vos réactions
Réagir