Cessation d’activité : je protège mon argent !

Chef d’entreprise, votre fin d’activité se profile ? Pour ne pas perdre votre capital et investir ensuite au mieux l’argent gagné, il faut se poser les bonnes questions bien en amont de votre départ. Horizon Entrepreneurs a enquêté auprès d’Odile Gabrielloni, Chargée d’affaires marchés spécialisés à la Caisse d’Epargne Provence Alpes Corse, pour vous aider à faire le point.

Question cruciale après la vente de son entreprise : que faire de son capital financier ? Mais cette question, vous devez vous la poser bien avant la vente ! Un maître mot : ANTICIPER. C’est la clé pour ne pas perdre d’argent… Départ en retraite ou reprise d’une nouvelle activité, en termes de gestion de votre patrimoine, ces deux schémas n’ont pas du tout les mêmes impacts.

Vous partez en retraite ?

  • Dans les cinq ans qui précèdent la vente de votre activité : pensez à sortir l’actif immobilier des biens de l’entreprise. Deux raisons justifient cette option. D’une part, on peut supposer que le futur acquéreur de l’entreprise ne souhaitera pas forcément installer son activité dans les mêmes locaux. D’autre part, la valeur de l’entreprise à la vente tient compte de cet actif immobilier. En tant que chef d’entreprise, vous pouvez donc vous porter acquéreur de cet actif, que vous financez soit sur vos fonds propres, soit à l’aide d’un prêt ou plan de financement. Notez que l’entreprise aura une plus-value à payer, dont elle pourra s’acquitter grâce aux capitaux reçus de la vente. Bénéfice de cette manœuvre pour le chef d’entreprise ? Récupérer de l’argent « en cash » qu’il peut investir dans un contrat d’assurance par exemple ou dont il disposera comme de n’importe quel autre complément de revenus.
  • Vous devez capitaliser sur les supports en revenus et compléments de retraite, alors même que vous exercez encore votre activité.

Ainsi, vous pouvez souscrire un Plan d’Epargne Entreprise (PEE, éventuellement soumis à un abondement de la part de l’entreprise). Vous vous constituez ainsi un portefeuille sous forme d’épargne. Les sommes versées sont indisponibles pendant cinq ans mais sont exemptes de fiscalité pendant cette durée. A votre sortie de l’entreprise, vous récupérez le capital, constitué sur la base des sommes investies au début.

Si vous êtes chef d’entreprise « indépendant », pensez- à souscrire un contrat Madelin.

 

Vous pouvez également effectuer des versements sur un PERP, Plan d’Epargne Retraite. Ces versements sont déductibles de votre revenu net global. A l’âge de la retraite, vous bénéficierez d’une rente viagère imposable dans la catégorie des pensions après application de l’abattement de 10 %. Une sortie partielle en capital est également possible.

  • Pensez que votre entreprise doit être au maximum de sa rentabilité au moment de la vente.
  • Préparez votre stratégie de transmission, par exemple en envisageant le Pacte Dutreil transmission (exonération de 75 % des droits de donation, de succession et de l’ISF). Pour en savoir plus : Pacte Dutreil : un outil de transmission efficace

Comment envisager votre deuxième vie ?

  • Ne minimisez pas l’impact de votre départ à la retraite du point de vue financier. Êtes-vous assujetti à l’ISF ? A combien vont s’élever vos nouveaux revenus ? Quels placements allez-vous envisager ? Bref, mettez en place une nouvelle stratégie de gestion de votre patrimoine.

Vous souhaitez reprendre une activité ?

  • Anticipez tout aussi précocement les différentes options fiscales qui s’offrent à vous.
  • Vous pouvez réinvestir, dans un délai de 24 mois, dans une ou plusieurs sociétés, au moins 50 % du montant de la plus-value issue de la vente de votre société passible de l’IS afin de bénéficier du régime de report d’imposition qui se trasforme en exonération définitive si les titres souscrits en remploi sont conservés durant plus de cinq ans. Seule la fraction de la plus-value effectivement réinvestie bénéficie du report d’imposition puis éventuellement de l’exonération.

Pensez-y

  • Ne négligez pas l’impact psychologique d’un départ en retraite. C’est un bouleversement indéniable.
  • Attention, il n’est pas si facile d’envisager la création d’une nouvelle entreprise dans laquelle on va investir les capitaux d’une vie de labeur.
  • Faites-vous accompagner par un conseiller en patrimoine financier. Gérer ses propres deniers diffère totalement de la gestion des capitaux de son entreprise. Notaire, avocat, banquier, expert-comptable, demandez conseil. Ces derniers ont vocation à vous aider à garantir la meilleure gestion de vos actifs et passifs…
Vos réactions

Perle Finance

Anticiper est le maître mot pour toutes les phases de la cession d’entreprise !

Réagir