Entreprendre au féminin ? Oui mais accompagnée!

« Ce qu’il faut savoir pour réussir ». Alléchante promesse que cet intitulé de la conférence Entreprendre au Féminin du 9 octobre 2012 au Salon des Micro-Entreprises. Promesse a été tenue, tant les participants ont su poser les vrais jalons de l’entrepreneuriat au féminin.

Introduite par Patrice Cros, directeur du sociétariat et de la communication de la Fédération nationale des Caisses d’Epargne (FNCE), cette conférence était animée par un parterre composé de réseaux d’accompagnement et de créatrices d’entreprise : Blandine Bierre (Initiative France), Jean-Dominique Bernardini (France Active), Françoise Pagnard-Jourdan (Paris Pionnières), Maëlle Monvoisin (Langues Plurielles) et Nawel Mis (Jet Sun). Devant une assemblée féminine encore plus nombreuse que les années précédentes (preuve du dynamisme de la création d’entreprise au féminin), ils ont posé d’emblée le problème : comment faire en sorte d’améliorer le taux de création par des femmes (32 % seulement des entreprises créées) ? Réponse unanime : par l’accompagnement. Il existe bien sûr des réseaux féminins comme Paris Pionnières, dont la vocation est précisément d’accompagner les créatrices depuis leur idée initiale jusqu’à la 3ème année (Paris Pionnières joue le rôle d’incubateur) mais les femmes peuvent aussi mettre à profit l’existence de réseaux comme Initiative France (qui propose notamment le prêt d’honneur, sans intérêt ni garantie personnelle) ou encore France Active, dont l’offre est en particulier axée autour du Fonds de garantie à l’initiative des femmes (FGIF, seule garantie d’Etat dédiée aux femmes). Via ce dispositif, 70 % du montant du prêt consenti au chef d’entreprise femme est garanti dans la limite de 27 000 €. Des réseaux plutôt fréquentés par les créatrices : 47 % des projets financés par France Active sont portés par des femmes. Maëlle Monvoisin et Nawel Mis ont elles-mêmes fait appel à ces réseaux. Un chiffre démontre à lui seul la pertinence de cet accompagnement : les entreprises soutenues par Paris Pionnières bénéficient d’un taux de pérennité à 5 ans de 90 %, résultat largement au-dessus de la moyenne.

 

Vos réactions
Réagir