La reprise d’entreprise, un enjeu majeur pour l’avenir

« Le monde de l’entreprise se prépare à un petit raz-de-marée : dans les dix ans à venir, plus de la moitié des dirigeants actuellement en exercice partiront à la retraite. Chaque année, plus de 60 000 entreprises se retrouvent sur le marché de la reprise. Une aubaine pour ceux qui souhaitent reprendre une affaire ? Pas si sûr. »

Repreneurs : sachez décrypter le marché

Le problème de l’offre et de la demande

Certes, de nombreuses entreprises vont bientôt changer de propriétaire mais peu d’entre elles seront réellement attractives. En effet, les sociétés les plus touchées par le vieillissement de la population sont les TPE et les PME. Près de 90 % de ces entreprises ont été créées pendant la période faste des trente glorieuses et relèvent des métiers de l’industrie, de la construction ou du commerce. Or, la nouvelle génération de repreneurs est plutôt attirée par les nouvelles technologies.

De nombreuses sociétés fragiles

Les entreprises qui arriveront bientôt au stade de la cession n’ont souvent connu qu’un seul dirigeant. Leur départ risque donc de fragiliser fortement ces structures. Ces difficultés peuvent néanmoins faire ressortir de belles opportunités. A l’avenir, un bon nombre d’entreprises pourraient ainsi être cédées à bas prix et celles qui disparaîtront laisseront plus de place à la création. Avis aux amateurs !

Cédants : anticipez pour mieux transmettre

La reprise plus viable que la création

59 % des entreprises reprises existent encore après 5 ans contre 49 % pour les entreprises créées. (Source : Insee)

Le choc des cultures

De nos jours, un nouveau profil de repreneurs fait son apparition. De plus en plus jeunes, ces futurs chefs d’entreprises sont dotés d’une solide expérience et possèdent d’importants moyens financiers. Côté dirigeants, la transmission est un processus difficile dont la préparation est souvent négligée, plus particulièrement lorsque les patrons approchent de la retraite. En effet, les dirigeants de cet âge ont souvent créé la société ou l’ont héritée de leurs parents et plus leur investissement affectif est important, moins ils anticipent leur départ. De plus, avec la crise, beaucoup préfèrent rester aux commandes, pour éviter de voir l’entreprise sombrer, aux mains d’un entrepreneur moins expérimenté.

Se faire accompagner

Pour réussir la cession de sa société, un dirigeant doit s’entourer d’experts et de conseillers compétents afin de consolider le bilan de l’entreprise, réévaluer son affaire, renégocier le bail, trouver un repreneur et parfois le former. Ce processus peut facilement prendre de 3 à 5 ans. Il est certes fastidieux, mais il permet d’assurer la pérennité de l’entreprise à long terme et de la vendre à meilleur prix.

Les chiffres de la transmission en 2010

12 315 opérations de transmission de PME
58 % des transmissions interviennent avant 55 ans
Source : BPCE L’Observatoire « Les nouveaux visages de la cession-transmission des PME »

La reprise d'enreprise, un enjeu majeur pour l'avenir

 

 

Auteur : Ariane Gaudefroy

Vos réactions
Réagir