La cession-reprise d’entreprise en 6 points clés

cession-reprise-entreprise

Vous projetez de céder ou reprendre une entreprise ? Les économistes de BPCE L’Observatoire ont observé ce phénomène à la loupe sur la population des PME (plus de 10 salariés) françaises. Horizon entrepreneurs vous en livre des extraits choisis.

  • Le saviez-vous ? 58 %* des opérations de cession d’entreprise concernent des cédants âgés de moins de 55 ans. Ce qui sous-entend que céder son entreprise n’est pas forcément en lien avec la fin d’activité professionnelle du cédant… Pour en savoir plus : Au-delà des idées reçues !
  • La reprise n’équivaudrait-elle pas à une seconde vie pour l’entreprise concernée ? Le dynamisme et les nouveaux objectifs fixés par le chef d’entreprise repreneur seraient en général porteurs de croissance. A contrario, au-delà d’un certain âge, le vieillissement du dirigeant induit une limitation du potentiel de l’entreprise. Pour en savoir plus : L’effet avant-après
  • La transmission familiale représenterait près de 14 % des opérations de cession-reprise par an, et 23 % dans le secteur de la construction. Viennent ensuite : le commerce de gros, l’industrie manufacturière, les transports et le commerce de détail… Cependant, 34 % des chefs d’entreprise, cédants potentiels à un horizon de 10 ans, espéreraient transmettre leur entreprise à un membre de leur famille. Pour en savoir plus : Transmission familiale : la fin d’un modèle ?
  • L’enjeu-clé pour le cédant ? Trouver un repreneur de confiance. On constate effectivement un net décalage entre les cessions effectives (12 000) et les projets de cession (14 000 à 20 000 intentions). À noter : 49 % des plus de 60 ans souhaitent céder leur entreprise dans les deux ans contre 18 % des 50-54 ans. Mais tous les candidats à la cession ne trouvent pas « le » repreneur qui répondrait à leurs attentes ! Pour en savoir plus : Des intentions aux cessions effectives : quels ajustements ?
  • Les petites PME sont plus exposées que les autres au risque de disparition pure et simple de l’entreprise sans possibilité de cession, c’est notamment le cas des secteurs vulnérables à la concurrence ou à la perte de leur dirigeant, à savoir : la construction, les transports, l’industrie manufacturière et l’information et communication. Pour en savoir plus : Cession ou disparition destins croisés
  • Deux générations de dirigeants de PME coexistent. Les sexagénaires, très attachés à la pérennité d’une entreprise qu’ils ont souvent fondée, envisagent surtout la cession comme un passage de relais. Les quadragénaires sont plus flexibles et davantage prêts à envisager une valorisation financière de leur investissement. Ils sont aussi séduits par les opportunités personnelles et financières de la reprise.

Pour en savoir plus, lire la Conclusion du dossier : confiance, âge et croissance, des enjeux croisés

* L’étude  porte sur l’année 2010.

Voir le tchat du Journal du net sur la cession-reprise auquel a répondu Alain Tourdjmann, directeur des études économiques et de la prospective de la BPCE, responsable de l’étude « Quand les PME changent de mains ».

© cristovao31 – Fotolia.com
Vos réactions
Réagir