Choisir une enseigne : 9 activités qui surfent sur la crise (1)

création-projet-enseigne

Neuf secteurs ont su tirer parti des nouveaux modes de consommation des Français, et sont en pleine expansion. Tour d’horizon des enseignes qui profitent de la conjoncture et recrutent des franchisés.

Certains secteurs on su avant les autres détecter les changements d’habitudes de consommation des Français.
En 2007, la crise immobilière a provoqué un ralentissement important de l’économie et fortement impacté le budget des ménages. Pourtant, certains secteurs ont su avant les autres anticiper le changement de comportement opéré chez le consommateur, et s’adapter à ses nouvelles habitudes. Acheter plus utile, parfois moins mais surtout mieux, privilégier les produits locaux et écologiques, préférer l’achat d’occasion ou la location : autant de nouvelles tendances de consommation qui ont émergé ces dernières années et que peu d’acteurs ont su intégrer.

Le courtage en crédit

Depuis 2007, la règlementation de la profession de courtier s’est accrue, dans une démarche de protection du consommateur. En Angleterre ainsi qu’aux Etats-Unis, pays où de nouvelles règles de crédit sont très vite apparues, le taux de pénétration du marché a atteint des sommets ! En Angleterre, les courtiers commercialisent aujourd’hui 60 % des crédits immobiliers. Le chiffre monte à 70 % outre-Atlantique. En France, le mouvement s’accélère également. Une nouvelle règlementation se met progressivement en place, répondant au besoin croissant d’information chez le consommateur. Ainsi, le courtage affiche aujourd’hui un taux de pénétration de 20 % dans l’Hexagone, en progression d’environ 10 % chaque année (1). Cette croissance repose principalement sur les concepts immobiliers : sans pas-de-porte, 100 % internet, des formules légères qui demandent un faible investissement initial.

ACE Prêts Immobiliers, Diminutis, Idésia, In&Fi Crédits, Préductis, Végalis, meilleurtaux.com et vousfinancer.com sont tous des réseaux spécialisés dans le courtage en crédit. L’apport personnel minimum exigé est compris entre 15 000 et 20 000 euros.

La restauration rapide

De plus en plus concurrentielle, la restauration rapide a su tirer parti de l’évolution du mode de consommation des Français, qui ont raccourci leur pause déjeuner et pour qui le prix est devenu une variable de choix importante. Malgré l’implantation de nombreux réseaux internationaux, les chaînes de restauration rapide à la française et notamment la sandwicherie restent plus dynamiques que les enseignes à l’anglo-saxonne (2). Le secteur de la restauration rapide a enregistré un chiffre d’affaires en hausse pour la dixième année consécutive à un rythme de plus de 5 % par an.

Parmi les enseignes de restauration rapide qui recherchent des franchisés, retrouvez La Brioche Dorée, L’Epi gaulois, La Mie Câline, Francesca, Class’ Croute, Paul, Alto Café, La Croissanterie, Columbus Café, Pomme de Pain, KFC, Subway et Quick.

Le marché de l’occasion

Pratique et convivial, le marché du dépôt-vente est en plein essor. Misant sur la simplicité du processus de vente, ce secteur propose une nouvelle manière d’acheter tout en faisant des économies. Le dépôt-vente est également l’un des seuls secteurs qui a su comprendre les enjeux d’internet pour son développement commercial. En effet, le web est devenu en quelques années le canal le plus utilisé sur ce marché : en 2008, 62 % des internautes utilisaient déjà Internet pour vendre ou acheter des biens d’occasion (3). Si Internet a impulsé le marché de l’occasion, la crise l’a pérennisé : porté par la forte demande, le nombre de magasins d’occasion a presque doublé en 5 ans.

Parmi les enseignes qui recrutent, retrouvez Troc.com, Easy Cash, Cash Express, Cash Converters, Bazarland et La Trocante. L’apport minimum requis pour se lancer varie entre 70 000 et 130 000 euros environ.

Le maintien à domicile des personnes âgées

Le vieillissement de la population est un phénomène qui s’accentue. Aujourd’hui, 17 % des Français ont plus de 65 ans ! Et pour ces retraités de plus en plus nombreux, l’entrée en maison de retraite peut coûter cher. La Fédération hospitalière de France (FHF) observe des tarifs pouvant aller jusqu’à 80 euros par jour en ville et 72 euros à la campagne. Le maintien des proches à domicile permet ainsi de repousser l’entrée en maison de retraite des personnes âgées. De nombreuses enseignes de services à la personne sont apparues ces dernières années, et le phénomène s’accentue. En effet, le secteur enregistre 6 % de croissance annuelle en moyenne depuis 10 ans.

De nombreuses enseignes recrutent des nouveaux franchisés. Certaines sont multi-spécialistes comme l’APEF, Junior Senior et Générale des Services, tandis que d’autres sont spécialisées dans le maintien à domicile des personnes fragilisées comme Bastide, Coviva, AD Seniors ou Senior Compagnie. Pour entreprendre sur ce secteur, l’apport personnel minimum va de 15 000 à 75 000 euros.

(1) Etude de l’APIC « D’excellentes perspectives pour le courtage en crédit français » publiée en mai 2011
(2) Etude Xerfi « Restauration rapide – Perspectives de marché, enjeux et axes de développement à l’horizon 2012 » publiée en juin 2011
(3) Etude TNS/Sofres commandée par eBay publiée en mars 2008

Echos de la Franchise

 

Auteur : Camille Prigent.

© ra2 studio – Fotolia.com

Bon à savoir

Pour plus d’information voir aussi l’article  » Créer son entreprise dans le secteur de l’aide à la personne  » et le témoignage de Dominique Lery présidente d’Adhap services, réseau d’aide et de maintien à domicile de personnes fragilisées.

Vos réactions
Réagir